R. pratique l’architecture comme une science naturelle, une discipline au carré, précise et millimétrée, mais consciente comme jamais de la préciosité des paysages, de la finitude des ressources et de l’infini de l’imagination.
Parking silo | Vertou (44) | 2020 | © Maxime Delvaux
Entrant par l’histoire, dérivant par la physique des fonctions et sortant par la géographie et la lumière des paysages, Guillaume Relier et Alice Wijnen appliquent cette équitation au territoire dans sa globalité, ordinaire ou prestigieux, métropolitain ou montagnard, rural ou périurbain.
Parking silo | Vertou (44) | 2020 | © Maxime Delvaux
Ce point d’équilibre c’est le cercle dans le carré du parking Vertou, un quadrilatère de 62/62 percé par un vide central de 16/16, dont la double vis maximise les circulations dans une marche en avant évidente.
Parking silo | Vertou (44) | 2020 | © Maxime Delvaux
Parking silo | Vertou (44) | 2020 | © Maxime Delvaux
Pourtant, c’est moins le règne automobile qui s’en trouve glorifié que le paysage alentour, ordinaire mais soudain vertigineux, dévoilé étage après étage dans une spirale émotionnelle qui finit dans la canopée des arbres.
Parking silo | Vertou (44) | 2020 | © Maxime Delvaux
À cet égard ils appartiennent bien à la génération Nouvelles Richesses, distinguée par les Ajap14 et représentée au Pavillon français de la Biennale de Venise en 2016.
Co-commissariat et scénographie du Pavillon français à la biennale d’architecture de Venise | Venise | 2016
Depuis sa création en 2010, R. intervient sur des sites qui ont une histoire. Banal à première vue sauf que construire un hôtel contemporain, des logements et des aménagements urbains sur le site classé de Flaine, dans un plan masse dessiné par Marcel Breuer …
Pavillon d’accueil et logements saisonniers | Flaine (74) | 2013 | © Valentin Jeck
… exige une lecture par strates, géologiques comme historiques, pour épouser la rigueur du climat montagnard, répondre au plus juste des usages futurs d’une station prisée par un public d’afficionados, et au plus près des intentions initiales du moderniste de Dessau.
Réhabilitation d’un immeuble de logements sociaux et en accession | Flaine (74) | 2015 | © Valentin Jeck
Signalétique et mobilier urbain | Flaine (74) | 2013 | © Valentin Jeck
Réaménagement des bureaux du syndicat Intercommunal | Flaine (74) | 2013 | © Valentin Jeck
À Saclay, pour Polytechnique, le plan circulaire proposé par R. répond à une contrainte d’usage de cet observatoire de recherches atmosphériques tandis que son intégration furtive dans le site engage une perception sensible tout aussi évidente.
Observatoire atmosphérique du Sirta | Université Paris-Saclay (91) | 2021
Ce juste milieu entre fonctionnalisme radical et fiction située s’illustre aussi au Lycée de Torcy où s’engage un véritable travail de fourmi en site occupé, pour décaisser et reprendre en sous-œuvre au bénéfice d’une extension qui ne consomme pas de territoire mais maximise le paysage et révèle les qualités de l’architecture préexistante.
Restructuration du lycée Jean Moulin | Torcy (77) | 2020-2022
Pour le ministère rue des Bons-Enfants et le réaménagement des studios de création radiophonique à Radio France, R. passe ses intérieurs par une sémantique de la dénomination héritée de Hauvette, et détermine les espaces par des dispositifs scéniques (la lanterne, le foyer, le belvédère, etc.) plutôt que de triviales fonctions (accueil, café, local technique).
Rénovations des studios de créations radiophoniques | Maison de la Radio - Paris (75) | 2022
Logements sociaux et crèche multi-accueil | Paris 12 (75) | 2022
Logements sociaux et crèche multi-accueil | Paris 12 (75) | 2022
Activant la dimension sensible du regard, par une théâtralité parfois légère comme à Radio France ou à Vertou, parfois dramatique comme à Flaine ou au Château Crèvecœur, l’architecture de R. est un chemin d’approche, escarpé en ubac, scintillant en adret, ambivalente comme une roche polie ou un béton matricé, changeante mais intègre et droite.
Pôle d’accueil du château de Crèvecœur | Crèvecœur-en-Auge (14) | 2023

R. pratique l’architecture comme une science naturelle, une discipline au carré, précise et millimétrée, mais consciente comme jamais de la préciosité des paysages et de la finitude des ressources, de l’infini de l’imagination.

Flaine, Château Creve-Cœur, Radio France, ministère de la culture rue des Bons-Enfants, les sujets de R invitent au rêve et ses fictions. Pourtant ces « images » sont à mettre en rapport avec le parking relais de Vertou, l’observatoire de l’école polytechnique à Saclay, l’extension du lycée de Torcy ou encore des logements sur des sites RATP pour comprendre la parabole qui structure le travail de l’agence, entrant par l’histoire, dérivant par la physique des fonctions et sortant par la géographie et la lumière des paysages. Guillaume Relier et Alice Wijnen appliquent cette équitation au territoire dans sa globalité, ordinaire ou prestigieux, métropolitain ou montagnard, rural ou périurbain. À cet égard ils appartiennent bien à la génération Nouvelles Richesses, distinguée par les Ajap14 et représentée au Pavillon français de la Biennale de Venise en 2016.

Depuis sa création en 2010, R. intervient sur des sites qui ont une histoire. Banal à première vue sauf que construire un hôtel contemporain, des logements et des aménagements urbains sur le site classé de Flaine, dans un plan masse dessiné par Marcel Breuer, exige une lecture par strates, géologiques comme historiques, pour épouser la rigueur du climat montagnard, répondre au plus juste des usages futurs d’une station prisée par un public d’afficionados, et au plus près des intentions initiales du moderniste de Dessau. Le réaménagement des abords du château de Crèvecœur a donné à R. l’occasion de transposer ces réflexions sur le Bauhaus dans un site médiéval du Pays d’Auge pour y trouver les chemins d’accès d’une architecture contemporaine : comprendre le sens de l’histoire pour le tangenter par l’usage et le plaisir absolu de la promenade.

Cette rencontre entre histoire et géographie scelle définitivement le destin commun de Guillaume Relier et Alice Wijnen. Lui avait fait ses armes avec un diplôme sur le site de Flaine avant de travailler dans l’agence de son directeur de diplôme, l’architecte sémiologue Christian Hauvette, tandis qu’elle s’est diplômée sur un Musée de la seconde Guerre Mondiale à Gdansk, captivée par l’empreinte de l’histoire sur le site.

La grille de R s’émancipe de la fascination contemporaine pour la structure et ses prouesses ; elle superpose l’infini d’un paysage avec la rareté des ressources, canalise des recherches historiques et géographiques poussées dans des interventions aux intentions précisées, compense une folle dépense projectuelle par un minimalisme mesuré. S’imposant des restrictions dans les implantations, des économies dans la mobilisation du sol, R. fait converger l’espace possible avec l’espace nécessaire, dans une architecture à la fois fonctionnelle et fictionnelle, à la juste limite entre générosité et frugalité, inventivité et rigueur, proche et lointain.

Ce point d’équilibre c’est le cercle dans le carré du parking Vertou, un quadrilatère de 62/62 percé par un vide central de 16/16, dont la double vis maximise les circulations dans une marche en avant évidente. Pourtant, c’est moins le règne automobile qui s’en trouve glorifié que le paysage alentour, ordinaire mais soudain vertigineux, dévoilé étage après étage dans une spirale émotionnelle qui finit dans la canopée des arbres. À Saclay, pour Polytechnique, le plan rond proposé par R. répond à une contrainte d’usage de cet observatoire de recherches atmosphériques tandis que son intégration furtive dans le site engage une perception sensible tout aussi évidente. Ce juste équilibre entre fonctionnalisme radical et fiction située s’illustre aussi dans l’extension du Lycée de Torcy (1985, X archi) qui nécessitait une rénovation énergétique et des salles supplémentaires. R. propose de créer un volume sous le bâtiment en R + 1, un nouveau rez-de-chaussée qui loge une salle de sport. S’engage alors un véritable travail de fourmi sur ce site occupé, pour décaisser et reprendre en sous-œuvre au bénéfice d’une extension qui ne consomme pas de territoire mais maximise le paysage et révèle les qualités de l’architecture préexistante.

Guillaume Relier a commencé par étudier l’économie et la géographie, un parcours qui éclaire rétrospectivement l’architecture ancrée et rigoureuse de R. Si leur architecture est réglée, elle habite ses structures géométriques fortes de coulisses légères offrant à leurs usagers des filtres, des oasis, des plages de liberté. C’est pourquoi R est tout aussi à l’aise dans les salons des grandes dames de la culture, déployant une facétie qu’on pourrait imputer à Alice Wijnen, issue quant à elle d’une famille de designers. Pour le ministère rue des Bons-Enfants et le réaménagement des studios de création radiophonique à Radio France, R. passe ses intérieurs par une sémantique de la dénomination héritée de Hauvette, et détermine les espaces par des dispositifs scéniques (la lanterne, le foyer, le belvédère, etc.) plutôt que de triviales fonctions (accueil, café, local technique, etc.). Ces attentions sont de véritables intentions. Avec délicatesse, visant la juste connivence, leurs clins d’œil sont des invitations à porter de nouveaux regards sur des bastions pas si imprenables. Et c’est alors qu’R. verse dans la fantaisie du détail, la touche de couleur, le drapé du textile, la variation de la matière, la modénature de la brique ou de carreaux émaillés, le tout sur un plan « au carré ».

Activant la dimension sensible du regard, par une théâtralité parfois légère comme à Radio France ou à Vertou, parfois dramatique comme à Flaine ou Vertou, l’architecture de R. est un chemin d’approche, escarpé en ubac, scintillant en adret, ambivalente comme une roche polie ou un béton matricé, changeante mais intègre et droite.


Équipe

Contacts

R architecture
145, rue de Belleville
75019 Paris
01 55 28 68 30
agence@r-architecture.com
Facebook
Instagram


L'agence est lauréate des Albums des jeunes architectes et paysagistes en 2014 et membre du collectif AJAP 14.